L’internet est de plus en plus présent dans nos vies. Les Français ont en moyenne plus de 4 objets multimédia par personne : ça en fait de l’information et de la créativité à portée de main ! Mais de la créativité sur internet, est-ce encore possible ? Le web a-t-il un rôle d’inspirateur ou, au contraire, de « normalisateur » ? Peut-on parler de plagiat massif ? Compte rendu du graphisme et de la créativité sur internet aujourd’hui.

Accès PMR : Pour Mieux Réaliser.

Stars de l’internet, les réseaux sociaux cherchent à diffuser l’art. Pour ça, chacun sa manière. Sur Facebook, on partage des pensées laissées sur des photos, sur Instagram l’image parle mieux que mille mots. Sur Snapchat, on mélange la vidéo à la déformation physique. Si ce dernier phénomène peut paraître anecdotique, en réalité, il n’en est rien.

Chaque utilisation de l’image ou des mots est créative, puisqu’il s’agit de réaliser quelque chose, de le concrétiser. Si on ne peut pas parler d’art pour nos dernières photos de vacances à Quimper, on ne peut pas nier qu’elles ont une esthétique empreinte des influences actuelles. Internet permet à tout un chacun de s’inspirer de petits riens.

Égérie de cette habitude que nous avons prise, Pinterest permet de sélectionner des images et de les conserver dans des tableaux thématiques. Et pour preuve de la popularité de la chose : avant de pouvoir réaliser toutes les idées DIY présentes sur Pinterest, tu as le temps de passer les concours pour entrer à la Nasa. Mais oui, même avec un bac lettres.

Le DIY : preuve de la soif de création

L’offre du DIY est le grand témoin de cette tendance qu’ont les réseaux sociaux à influencer, à inspirer. Si la création se dirige alors plus vers des objets pratiques ou de la phonographie (comme nous t’en parlions), les artistes ont leurs propres réseaux sociaux. Deviant Art et Behance (par Adobe) sont les deux plus grands sites permettant de partager ses créations. Le premier est plus ancien et se veut plus proche des artistes traditionnels alors que le deuxième met en lumière des portfolios orientés web et multimédia. On pourrait croire qu’alors, croulant sous l’inspiration, le monde devienne plus créatif, mais… Mais comment te dire. Non.
créativité internet

Le plagiat : la véritable plaie de l’internet

Qui dit hausse de l’inspiration dit aussi uniformisation de celle-ci. Le phénomène de modes inhérentes au domaine de l’art est connu depuis longtemps. Comme l’influence antique refit surface lors de la renaissance, on assiste à ce phénomène sur internet. Les images triangularisées ou vectorisées en sont le bon exemple, tout comme la mode de la « Moustache » initiée par la marque Eleven Paris. Internet permet d’échanger et de se regrouper autour de courants artistiques, difficile alors de s’en défaire.

Mais ce n’est pas tout : dans la grande foire de la créativité sur internet, un invité indésirable s’est incrusté à la fiesta.

Nous te présentons notre ennemi à tous, le plagiat. Mais outre l’utilisation complètement débridée et hors la loi des images sur internet (« Oh bah c’est sur l’internet, bien sûr que je peux l’utiliser pour illustrer mon article et sans créditer l’auteur ! »), l’infini volume d’art disponible actuellement sur la toile permet de piocher et se réapproprier des œuvres. C’est ce qu’a découvert une association en 2015. A l’occasion d’une rétrospective sur Goldorak (le grand, le grand Goldorak), les organisateurs d’une exposition font appel à Ideealizse, artiste sur Deviant art qui réinvente les figures de la culture pop en triangularisation. Qui réinvente ? Pas vraiment. Elle se réapproprie des dessins originaux d’autres artistes qu’elle n’a qu’à arranger sous Photoshop. Peut-on réellement parler de plagiat si l’image est modifiée ? Oui car elle ne créditait pas ses sources et niait leur implication dans son travail.
plagiat

 

A l’aide d’un simple filtre, elle revendait ses « toiles » à plus de trois cents euros sans même créditer l’auteur du fan-art. Mais une fois la supercherie exposée les images de l’affiche ont été retirées et elle a disparu du paysage artistique français. Et si l’affaire n’avait pas été ébruitée ? Le plagiat est devenu une quasi-norme aujourd’hui.

Et si finalement toutes ces controverses étaient dues à l’affinement de la limite entre « Monsieur tout le monde » et « L’artiste » avec tout le prestige que ça suppose ?

Moi en mieux : Quand je serai artiste…

Retour en arrière. Il y a encore quelques années, on croisait des artistes dans des vernissages, une coupelle à la main, des petits fours dans l’autre. Pourtant passablement alcoolisés, ils nous semblaient hors d’atteinte, drapés dans toute la magie qui transpire du terme « Artiste ».

Être un artiste ce n’est pas être humain, c’est être un créateur. Les artistes se côtoyaient entre eux dans un microcosme assez hermétique. La seule façon pour nous autre humains de contempler de l’art c’était de se rendre au musée, dans des galeries, d’acheter des revues ou des beaux livres. Maintenant, nous avons accès à toute l’œuvre d’un bon milliard d’artistes vivant ou mort. Les galeries des musées sont disponibles à la consultation sur leur site, les sites de partage se multiplient, mais le statut d’artiste attire toujours autant. Alors c’est une foule qui se presse au portillon. Enfin, on se pousse pour montrer sa photo de frappucino goût macaroni/fraise et obtenir la sacro-sainte étiquette d’artiste.

Parce que la créativité est plus que jamais estimée, le nombre d’artistes est toujours plus grand. Problème ? Et si ça coupait net la créativité de certains ? Pourquoi ? Parce que très simplement, la création n’a pas de prix. Enfin, elle n’a plus de prix.

Le prix de la création sur internet : une valeur en chute libre

Mais qui peut se vanter de vivre de son art aujourd’hui ? Très peu de personnes. Le travail d’un graphiste par exemple est de moins en moins estimé, avec l’arrivée sur le marché des logiciels tels que Photoshop ou Gimp, tout le monde pense pouvoir réaliser un visuel simple et le proposer quasi gratuitement à des entreprises. Et parce qu’il y aura toujours des amateurs passionnés et heureux de pouvoir échanger des heures de travail contre la simple mention de leur nom en bas de l’affiche, ce système de paiement perdurera. Pourtant, il s’agit d’un réel métier, avec ses exigences et qui ne permet pas l’approximation.

Mais alors, quelles conséquences sur la créativité ? Les artistes sont découragés, doivent se trouver « un vrai travail » qui les épuisera et finira de drainer leur reste de créativité.

L’art collectif : La solution de la création sur internet ?

Bon, ça y est ? Tu es bien découragé et tu as perdu foi en l’humanité ? Mais ne t’en fais pas, tout n’est pas si terrible que ça.

Le 1er avril 2017, le site Reddit a réalisé une première. Le site de partage de post communautaire a en effet organisé une fresque géante où tout internaute était invité à participer. Le résultat ? Cette compilation d’image et une vidéo. La règle la plus importante était que chacun pouvait colorier un pixel toutes… Les 5 minutes, forçant alors des groupes à se créer autour d’un dessin commun. Son nom ? Place.

L’occasion était trop belle pour tous les cultes de se disputer, pour tous les pays de vouloir représenter leur drapeau. Résultat ? Un concentré de culture pop, d’emprunts, de réappropriation et d’humour bordélique. Ce nouveau mode de création sur internet encore neuf, va gagner en se développant et nous l’espérons, deviendra de plus en plus commun. Vous pouvez voir place ici.
reddit

Sources photo : Unsplash

Internet est devenu un véritable marché d’art alternatif. Il suffit d’enregistrer une image pour la diffuser. Si certains s’en servent pour chercher des idées, s’inspirer, d’autres imaginent qu’il n’y a qu’à se baisser pour ramasser les lauriers et la casquette d’artiste. Mais il ne faut pas oublier que derrière Photoshop ou Illustrator, une personne a travaillé sur le visuel qui s’affiche sur nos écrans. Ce n’est pas parce que l’art est moins tangible et moins matériel qu’il n’existe plus. Notre rôle : rester vigilant quant au plagiat, créditer les sources des photos qu’on balance innocemment sur Facebook et remercier les artistes. Si le bilan de la créativité en 2017 est en demi-teinte, nombre d’échappatoires à cette facilité nous sont offertes. En prenant en compte toutes les nouvelles tendances d’internet, on peut créer plus… Ensemble.
Et toi, qu’est-ce que tu en penses ? Rejoins-nous sur Facebook ou commente cet article !